Économie d’entreprise – Qu’est-ce qui différencie un manager d’un leader ?

Economie

Le saviez vous ? Leadership et management ne sont pas synonymes. Un individu peut être manager sans être leader, et vice-versa. Le dictionnaire nous apporte un premier élément de réponse quant à ces deux termes proches :

  • « Manager : qui gère la vie professionnelle / qui dirige ».
  • « Leader : chef, porte-parole / qui est en tête ».

Ces deux notions sont liées par un dénominateur commun : l’autorité. Être manager se résume à une fonction : il est nommé par sa hiérarchie pour exercer autorité sur un groupe de collaborateurs au sein d’une tranche (business unit) de l’entreprise. Être leader ne repose pas sur une nomination : le leader est suivi, admiré grâce à ce qu’il a accompli, à sa vision et ses idées. Mais quelles sont leurs différences fondamentales ?

 

 

Le rapport aux objectifs

Le manager a une vision court et moyen-terme : il se concentre sur l’atteinte d’objectifs essentiels à la réalisation d’une vision. Il s’assure que son équipe travaille dans les meilleurs conditions, en vue de l’accomplissement des objectifs fixés.  Il planifie, coordonne, et organise. Le leader sait où il est et vers où il tend. Il a une vision projet, sur le long-terme et inspire les personnes qui l’entourent à offrir le meilleur d’elles-mêmes pour réaliser cette vision.

 

Le rapport au changement

Le manager suit les procédures déjà en place, quitte à y apporter quelques ajustements si nécessaire. Le leader, en revanche, ne craint pas le changement : il est en quête constante d’innovation, il bouscule les habitudes et les systèmes en place dans une vision d’amélioration continue.

 

Le rapport aux risques

Le manager évite les risques afin d’atteindre ses objectifs. Il va donc être force d’anticipation afin de minimiser ces risques, les contrôler, voire les éliminer. Le leader emprunte des chemins vierges, s’il existe des risques il les prend. Il ne craint pas l’échec, c’est d’ailleurs pour lui un moyen d’atteindre la réussite ultime.

 

Le rapport à l’apprentissage

Le manager reproduit des comportements qui ont démontré leur efficacité. Il se repose sur ses acquis et se contente plutôt d’optimiser les compétences acquises jusqu’à présent. Le leader aime apprendre tous les jours, il s’intéresse à tout et cherche constamment à développer ses compétences pour rester en phase avec un monde évolutif.

 

Le rapport au management

Le manager a un rôle défini, celui de diriger son équipe. Il donne des directives, définit des responsabilités, des procédures, des tâches. Il fait en sorte de faciliter le travail de ses collaborateurs. Le leader encourage ses collaborateurs à donner le meilleur d’eux-mêmes : il les amène à développer leur potentiel, sans jamais leur dire quoi faire, ni comment faire.

 

Le rapport aux autres

 Le manager est entouré de collaborateurs qui suivent ses directives en vue d’un objectif commun. Le leader est entouré d’admirateurs : ils le soutiennent, renforcent sa crédibilité et sa visibilité.

 

Le rapport à soi

Le manager adopte un style de management observé chez d’autres confrères, ou appris en cours de formation. Il s’agit d’une forme de mimétisme, en ce sens où il applique ce qui existe déjà. Le leader n’a pas peur d’être lui-même : il est authentique, honnête et transparent. Son charisme naturel le définit le mieux puisqu’il inspire le respect et l’admiration. Le leader ne rougit pas de proposer sa vision, ses choix et ses idées.

 

Pour conclure, la posture est un des principaux éléments de différenciation entre le leader et le manager. Cette posture trouvera néanmoins ses déterminants en fonction de la culture d’entreprise.

Nelson Mandela disait d’ailleurs : « Il est préférable de diriger de l’arrière et de mettre les autres en avant, en particulier lorsque les choses vont bien. En revanche, il faut monter au front en cas de danger. C’est ainsi que les gens apprécieront votre leadership« .