Formation – L’impact des neurosciences pour booster l’apprentissage

FORMATIONS

L’objectif d’une formation basée sur les neurosciences s’appuie sur l’optimisation de 4 éléments : l’attention, la compréhension, la visualisation et la mémorisation. En se focalisant sur ces éléments, de nouvelles techniques se développent avec un seul but : faciliter l’apprentissage. Focalisons-nous sur 9 leviers pour booster l’apprentissage avec les neurosciences.

 

Formation - L'impact des neurosciences pour booster l'apprentissage

 

Capter l’attention. Les neurosciences démontrent que l’attention maximale ne dure pas plus de 15 minutes. Durant ce temps, le taux de décharge cérébrale augmente de 51% et est très coûteux en énergie. Il demeure donc essentiel d’optimiser le modèle pédagogique en privilégiant un enchaînement de séquences de 15 minutes en alternant la théorie et la pratique. Une cerveau stimulé régulièrement et de façon différente se développera plus facilement. Dans le cadre de la formation à distance, le formateur joue un rôle clé. Pour encourager la participation des apprenants, plusieurs outils s’offrent à lui : la gamification par exemple (fait de rendre ludique l’apprentissage), ou encore en variant les supports et les modes d’apprentissage (vidéo, infographie, pédagogie inversée notamment).

Réactiver la mémoire. Notre capacité de mémorisation est fragile, pour cette raison il est nécessaire de la réactiver à plusieurs reprises. La répétition amène la notion, en ce sens où cela va renforcer les connexions entre nos neurones (appelées connexions synaptiques). Afin de faciliter ‘l’ancrage de l’information, il est aussi intéressant d’espacer les répétitions dans le temps.

Faire appel aux émotions. Indéniablement, les évènements dont nous nous souvenons le plus sont ceux qui nous ont marqué émotionnellement. En suscitant les émotions (par exemple avec le storytelling, les récits, les visuels, ou même les anecdotes), les sens de l’apprenant sont davantage stimulés et cela facilite l’apprentissage.

Booster la motivation. La dopamine est à l’origine de l’apprentissage, elle favorise l’attention et la mémorisation. Il s’agit d’un neurotransmetteur permettant la communication dans le système nerveux qui influence le comportement et plus particulièrement la motivation. Par conséquent, en ajoutant le plaisir et la motivation en apprentissage, l’ancrage mémoriel sera meilleur. Cela peut passer par la gamification comme évoqué plus haut, avec des outils comme Klaxoon, Kahoot ou Wooclap.

Stimuler les sens. Toute information est captée et analysée par nos sens en influx nerveux jusqu’à notre cerveau. Stimuler les sens de l’apprenant, c’est favoriser son apprentissage. D’après les scientifiques, cela s’explique par le fait que les expériences multisensorielles sont plus complexes et mémorables que les expériences unisensorielles.

Savoir se reposer. Pendant les périodes de repos, le cerveau consolide les informations acquises. En plus, le sommeil prépare le cerveau à apprendre et à assimiler de nouvelles informations. Chaque phase de sommeil joue un rôle essentiel dans la mémorisation :

  • La consolidation de la mémoire déclarative -nos connaissances- se fait lors du sommeil léger et profond en début de cycle ;
  • La consolidation de la mémoire procédurale -nos compétences- se fait lors du sommeil paradoxal en fin de cycle.

Relier l’information au contexte personnel. C’est en plaçant l’humain au cœur de l’apprentissage que la formation devient personnalisée. D’un point de vue psychologique, il est utile de réactiver des connaissances antérieures afin d’aider les apprenants à organiser et retenir de nouvelles informations. Par exemple, le formateur peut adapter ses illustrations ou ses anecdotes en fonction du contexte personnel le rendant ainsi plus mémorable.

Corriger les erreurs. L’erreur est souvent liée aux traumatismes d’enfance, mais c’est elle qui engendre la réussite à force d’essayer de s’améliorer. La mémoire peut nous tromper, il est donc nécessaire de la tester. Le formateur peut faire appel aux quizz, feedbacks ou jeux pour corriger les erreurs des apprenants et transmettre la bonne information.

Réduire les biais de perception. Le formateur doit être expert sur son sujet : ce sont notamment ses expériences et son expertise qui lui permettent de gagner la confiance des apprenants. Il a été démontré le rôle déterminant de la perception que les apprenants ont de leur formateur sur leurs performances d’apprentissage. Lorsque le formation est présenté comme un expert, les apprenants assimilent davantage d’informations.

Les neurosciences ont un immense potentiel dans l’éducation et la formation professionnelle et peuvent les révolutionner. Les neurosciences ont aujourd’hui révolutionné le monde de la formation professionnelle, et il est possible de tirer des neurosciences plusieurs éléments permettant d’engager les apprenants, d’optimiser leur capacité de mémorisation et de les inciter à réinvestir leurs acquis au sein de leurs postes. Rendez dès à présent vos parcours de formation mémorables avec Nouvelles Donnes !